En Côte d’Ivoire, le temps est à la prière depuis quelques semaines. Les chrétiens catholiques et les musulmans sont engagés dans le carême pour les premiers et dans le jeûne du Ramadan pour les seconds.

Une heureuse coïncidence qui, espère-t-on, donne l’occasion à ces deux fortes communautés de prier sincèrement Dieu, chacune à sa manière, afin qu’il pardonne les péchés et oriente sur la bonne voie. C’est aussi et surtout l’occasion de faire de l’aumône, de soulager les pauvres, de rectifier les comportements déviants; tout cela dans l’abstinence, le jeûne et la prière.

En ces temps d’intenses prières, il est donc à espérer que les religieux et leurs fidèles prient également pour les Hommes politiques afin que le Tout Puissant les amène à œuvrer pour le bonheur, non seulement de leurs militants mais aussi pour la stabilité et la paix en terre d’Eburnie.

En ces temps de prières, fasse Dieu qu’il emmène les nantis à partager et à aider celles et ceux qui ont besoin du minimum pour vivre, qu’il empêche les plus forts de piétiner les plus faibles.

Il est vrai qu’il est impossible d’avoir un monde parfait. Cependant, les prières doivent renforcer la foi et conduire celles et ceux qui les font à combattre les inégalités criantes, la maltraitance, l’orgueil, la violence, le mépris et tutti quanti.

En attendant les hostilités politiques qui s’ouvriront incessamment dans la perspective de l’élection du président de la République l’année prochaine, précisément en octobre 2025, une union de prières de toutes les communautés religieuses et même non religieuses, pourrait avoir un impact sur le comportement des Hommes politiques qui ont pour habitude, en cette période, de sortir leurs sabres pour des combats dont le peuple paie le lourd tribut.

Vivement que les prières faites en ce moment, changent dans le bon sens, les attitudes comportementales des uns et des autres.

Amen, Amine.

Roland LE PERTINENT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *