Réunis à Yamoussoukro le mercredi 27 décembre 2023, les  Archevêques et Évêques de l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire demandent aux Ministres ordonnés de s’abstenir des bénédictions de couples de même sexe et des couples en situation irrégulière. A l’instar donc de plusieurs autres pays africains, les Archevêques et Évêques Ivoiriens, froissent la Fudicia supplicans jugée contraire à Doctrine relative au sacrément du mariage.

Sous la présidence de Mgr Marcellin YAO KOUADIO, président de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire (CECCI), les Archevêques et Évêques de l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire réunis à la Basilique Notre Dame de la Paix à Yamoussoukro , ont rejeté la déclaration Fiducia supplicans du Dicastère pour la Doctrine de la foi publié le 18 décembre dernier, qui invite les prêtres catholiques à bénir les homosexuels, ainsi que les fidèles en situation irrégulière.

Se prononçant sur la controversée déclaration Fiducia supplicans, les Archevêques et Évêques de l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire, ont jugé  inadmissible les rites et les prières qui pourraient créer une confusion entre ce qui est constitutif du mariage, à savoir « une union exclusive, stable et indissoluble entre un homme et une femme, naturellement ouverte à la génération d’enfant » (FS 4) et ce qui le contredit, avant de demander « aux Ministres ordonnés de s’abstenir des bénédictions de couples de même sexe et des couples en situation irrégulière. »

Les Archevêques et Évêques de l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire fortement attachés aux valeurs de la famille, du sacrement du mariage entre homme et une femme, tel que voulu par Dieu, rappellent que « ’’ les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés’’ (cf. Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Déclaration Persona Humana, n. 8), et sont contraires à la Loi naturelle. IIs ferment l’acte sexuel au don de la vie et ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas (cf. Catéchisme de I’Église Catholique, n. 2357). Cet enseignement de l’Eglise s’appuie sur l’Ecriture qui considère les unions des personnes de même sexe comme des dépravations graves et abominables (Gn 1, 1-29; Rm 1, 24-27 ; 1Co 6, 10; 1Tm 1, 10) ».

Et soutiennent in fine que « connaissant la culture de nos peuples fortement attachés aux valeurs découlant de la Loi naturelle en matière de mariage et de famille, nous notons que la réception de cette possibilité que donne la Déclaration Fiducia Supplicans de bénir des couples de même sexe est problématique dans notre contexte ecclésial. Cela heurte nos valeurs ancestrales et culturelles, et donne l’impression que notre Eglise approuve et encourage une réalité intrinsèquement mauvaise, contrenature et contraire à nos us et coutumes. »

Adingra OSSEI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *