A la une Editorial

Côte d’Ivoire/Présidentielle 2025 : Rien de nouveau sous le soleil

  • juin 14, 2024
  • 0

Dans 17 mois environ, sauf revirement, changement ou cataclysme, les Ivoiriens seront invités aux urnes pour choisir leur président de la République. Un acte cyclique dans la marche

Côte d’Ivoire/Présidentielle 2025 : Rien de nouveau sous le soleil

Dans 17 mois environ, sauf revirement, changement ou cataclysme, les Ivoiriens seront invités aux urnes pour choisir leur président de la République. Un acte cyclique dans la marche de la nation, que les inscrits sur la liste électorale devraient poser la fleur à la boutonnière et la flute à la bouche.

Malheureusement, ce simple geste citoyen apparaît désormais comme une hantise au fur et à mesure qu’on y approche. Cela, par les intrigues des politiques et les agissements de leurs supporters, notamment les extrémistes.

« Rien de nouveau sous le soleil en terre d’Eburnie », serait-on tenté d’affirmer au regard des flèches et autres invectives qui fusent des chapelles politiques qui lorgnent ou qui comptent conserver le fauteuil présidentiel, en direction de l’adversaire.

La courtoisie, l’élégance, le bon ton, le respect de l’autre et de la loi…sont foulés aux pieds, pourvu qu’on arrive à chauffer à blanc ses partisans pour parvenir à ses fins, même au bout d’un décompte macabre s’il le faut.

Les prétendants au trône, pour se donner bonne conscience, exaltent en journée la paix, la réconciliation et la cohésion, après avoir nuitamment gonflé à bloc leurs ‘’suiveurs’’ à l’effet de ‘’casser’’ les adversaires, les empêcheurs de tourner en rond.

Les militants et sympathisants mais aussi la population ‘’naïve’’ ou qui s’obstine à ne rien voir et à ne rien comprendre sont gavés de mots qui les conduisent à la haine, au mépris, au rejet et à la violence.

A moins qu’il y ait un sursaut individuel et général, les ingrédients d’un affrontement et donc d’une déchirure sociale se mettent progressivement en place pour une présidentielle redoutée en 2025.

Le sempiternel débat sur la Commission électorale indépendante (Cei) et le découpage électoral, les interprétations de certaines dispositions de la Constitution et du code électoral, les décisions de justice concernant des candidats supposés ou déclarés, la question de la transparence et de l’inclusivité du scrutin constituent le menu proposé aux populations, depuis des décennies.

Plus que jamais, la bataille de 2025, telle que laissent percevoir les protagonistes, réunit les mêmes caractéristiques que celles qui ont fait mal à la Côte d’Ivoire et qui l’ont défigurée. Cela est d’autant vrai que des acteurs qui avaient été mêlés se signalent et sont prêts à s’affronter…quoiqu’il advienne.

Rien de nouveau sous le soleil, à moins que la sagesse et l’humilité parlent aux uns et autres.

Roland LE PERTINENT

Partager

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *